Le langage comme constituant du réel, et son rapport à l’image

Si Platon dit vrai, une image est fausse par essence. Elle ne s’embarrasse pas d’une nécessité de recouvrement ou d’adhérence au réel puisqu’elle porte en elle une dimension de projection, de retard en quelque sorte.

Le mot quant à lui désigne une chose à laquelle il est fatalement subordonné. Sous-entendu, il est des images sans sujet ni objet, alors qu’un mot a toujours un objet ou un sujet. La chose à laquelle se réfère le mot est un élément précis du monde, même mental (dans le cas d’un sentiment ou d’un concept par exemple).

En ce sens, l’art visuel est désaffranchi du monde ou plutôt d’un certain rapport au monde, celui précisément de l’adhérence, comme s’il fallait être à l’image de ce monde pour en parler. Ce problème est étayé notamment par la foi en la science au détriment de la poésie ou de l’imaginaire: le premier décrit le monde, les deuxièmes les tordent. Est-ce pour autant signe que l’un parle mieux du monde que l’autre ? Pour prendre un exemple un peu « marronier », est-ce que le poème Spleen de Baudelaire est moins exact qu’une description de l’état dépressif par un scientifique ?

Ici, tout semble se réduire à une question de curseur.

NB: L’image présentée en tête de l’article est l’œuvre de Jean-Renaud Dumas, dont vous pouvez admirer le travail ici : Artemedion


2 réflexions au sujet de « Le langage comme constituant du réel, et son rapport à l’image »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *