Compte-rendu: « Merci Raymond », Bertrand Lavier à la Monnaie de Paris

II. L’humour, l’absurde

L’humour absurde est un autre point commun entre Hains et Lavier. Si les rapprochements improbables étaient légions avec les affiches, la présente exposition rappelle combien la pratique de Hains est pénétrée par l’absurde: on peut citer à nouveau les Stella déformés, P_20160615_154242la parodie de Mosset trouvée sur un drapeau de plage, ou la fameuse « palissade de skis ». Lavier se sert du reste de cette œuvre pour créer une installation monumentale dont il a le secret. Reprenant le principe de sa célèbre exposition « La peinture des Martin » (organisée avec Jean-Hubert Martin), qui proposait un rassemblement d’œuvres de peintres de différentes époques s’appelant tous Martin, Lavier collecte ici différents artefacts dont le nom des auteurs terminent par « ski ». On y P_20160615_154300retrouve pêle-mêle Kandinsky, Boltanski, Closky, etc. le tout sur un air de Stravinsky. L’absurde rejoint ici la question de l’auteur, et au-delà, celles des dynamiques même de l’exposition collective. Dans bien des cas, les expositions collectives proposent des thèmes (sujet, genre, nationalité, époque) qui réduisent considérablement la lecture des travaux exposés, et créent des rapprochements entre artistes parfois malvenus.

Ce goût pour l’absurdité devient évident avec la reprise d’un des plus grands canulars de l’histoire de l’art, le fameux Et le soleilP_20160615_153959 s’endormit sur l’Adriatique de Boronali (1910), en vrai l’œuvre d’un âne dont la queue a été trempée dans des pots de peintures, pour singer la peinture d’avant-garde. Lavier en tire une copie, qu’il recouvre ça et là de coups de pinceaux identiques à l’original, mais dont la matérialité rappelle encore une fois la touche Van Gogh. On peut lire ceci comme une démonstration par l’absurde, à l’envers, et comme une réinterprétation d’un de ses « chantiers » les plus importants, les « Walt Disney Productions ». Pour ce chantier, l’artiste s’emparait de caricatures d’œuvres d’art abstraites faites par un dessinateur du Journal de Mickey, parodiant avec beaucoup de précision l’art informel des années 50. Lavier prenait alors le contrepied en créant pour de vrai les peintures et les sculptures de la bande dessinée, créant un trouble fort sur le statut des œuvres et un aller-retour entre l’artefact physique, sa référence, et la référence de sa référence. Le procédé est quasi-identique ici, puisque Lavier mobilise une nouvelle fois une parodie attestée d’art contemporain, un canular extrêmement poussé puisque l’oeuvre fut présentée au salon des indépendants, dont les organisateurs croyaient qu’il s’agissait de la production d’un jeune peintre italien inconnu, qui par la suite publia un manifeste et dont le travail fut discuté dans les journaux artistiques. L’opération, menée par l’écrivain et journaliste Dorgelès qui cherchait à prouver la vacuité du monde de l’art et de la peinture contemporaine, va beaucoup plus loin que la gentille critique du Journal de Mickey, où le lecteur est tout à fait informé du caractère de pur simulacre des prétendues oeuvres. L’oeuvre de Boronali est une anthentique peinture et un authentique simulacre à la fois. Lavier acte clairement cette double nature: on voit en s’approchant qu’il s’agit clairement d’une photographie sur laquelle l’artiste a ajouté quelques touches de peinture. En s’appropriant « Boronali », comme il s’est approprié Lhote, Stella, Harcourt et Rothko, Lavier réduit, dans une opération typiquement postmoderne, le canular a un simple matériel, et par la même le fait entrer dans l’histoire de l’art, puisque l’ensemble des traits exécutés par l’âne, a été désormais édité et formulé par un artiste, pour en faire une œuvre. Ceci entre en parfaite P_20160615_152637résonance

avec les fameuses Vitrines peintes, présentes quelques salles plus tôt, impressions numériques de photographies de vitrines passées au blanc d’Espagne par des ouvriers de chantiers, transformées pour l’occasion en peinture expressionniste. Ici apparaît l’une des valeurs les plus fondamentales et pourtant les moins étudiées du travail de Lavier: la valeur de la fausseté et de l’humour, qui en pulvérisant les caractères habituels de la vérité et de la probité, dévoile la nature de l’acte artistique, où la simulation et l’artifice ont autant sinon plus d’importance que l’honnêteté et la subjectivité.

Pour autant, la grande nouveauté apportée par l’exposition est la touchante intimité dans laquelle l’artiste nous invite, lui qui a toujours placé une grande distance entre sa biographie et sa production.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *