Compte-rendu: Still Life

L’exposition mise en place par Franck Balland, dans le cadre du programme « Hors-les-murs » du centre d’art du Parc Saint-Léger de Pougues-les-eaux (Nièvre) tourne autour de l’idée de nature morte. Elle s’est déroulée du 18 mars au 28 mai, au lycée Raoul Follereau à Nevers.  Une dizaine d’artistes y est exposée : Charles Beauté & Juliette Goiffon ; Alix Desaubliaux ; Mimosa Echard ; Lauren Huret ; Tiziana La Melia & Tamara Henderson ; Pablo Réol ; Stéphanie Saadé.

  1. DESCRIPTION

La scénographie était divisée en différentes séquences : le visiteur est tout d’abord accueilli, dans le hall central, par une vitrine séparée en deux sections. Tout d’abord Trophies, une projection vidéo d’Alix Desaubliaux présentant des trophées modélisés en 3D, inspirés des récompenses obtenues dans les jeux vidéo des consoles récentes, qui résonne également comme une parodie des galeries de trophées sportifs que l’on trouve fréquemment dans les établissements scolaires. L’autre partie de la vitrine accueille Faux-Jumeaux une sculpture double de Stéphanie Saadé, où deux roses, l’une naturelle et périssable, l’autre artificielle et éternelle, reposent dans un vase.

MG_0262
Trophies, A. Desaubliaux (2016); Faux-Jumeaux, S. Saadé (2014).

La deuxième partie, et la plus importante, se situe dans la salle Claude Parent. Le spectateur y est immédiatement attiré par l’installation géante d’Alix Désaubliaux, Internet Meditation Playground, un mini terrain de jeu, pourvu de coussins signés Pablo Réol, où le visiteur est invité à essayer un jeu vidéo apparemment sans but ni action, sinon celle de se balader dans un environnement fantasmagorique. Un peu plus loin au fond de la pièce, l’artiste propose Self-Conscious Bots, où le spectateur peut interagir avec un robot de conversation, qui prend littéralement conscience de lui-même sous nos yeux et interroge le sens de son existence, à la manière des Nexus de Blade Runner et de Kusanagi de Ghost in the Shell.

IMG_0288
Self-Conscious Bots, A. Desaubliaux, (2015)

Alors que l’on traverse l’exposition, des choses semblent s’animer sur notre passage : ce sont les installations Infra-jungle de Charles Beauté et Juliette Goiffon. Ceux-ci se sont emparé de plantes fréquemment utilisées pour décorer les intérieurs de bureau, avant de placer sur les pots des vibreurs de manettes de consoles, reliés à des capteurs de mouvement. Les feuilles des plantes crissent dès que l’on s’approche d’elles. Le duo d’artistes prolonge l’expérience avec Rainmaking, une installation à même les vitres de la salle, donnant l’illusion qu’une pluie tropicale bat constamment la surface. L’ensemble est relié à des enceintes diffusant des chants tribaux appelant la tombée de la pluie. Sur le mur en face, Mimosa Echard a disposé 9 Nymphes, sortes de totems de cire d’épilatoire moulés d’après des sextoys, emprisonnant de petites formes vitales : fleurs, papillons, coquillages, matières plastiques, comme si l’on cherchait à figer les différents acteurs du règne du vivant. Sur le même mur, Three Pockets di O Getti, une vidéo de Tiziana Le Melia et Tamara Henderson, où le spectateur est confronté à un enchaînement de scènes figurant des objets, dans une ambiance proche des clusterfuck aesthetics chères à feu Mike Kelley. Plus loin, une autre vidéo, particulièrement troublante : Torture Iphone Epic Test Burn Fire Ice Bend Drop de Lauren Huret, dans laquelle l’artiste détruit plusieurs smartphones d’Apple de différentes façons : en les jetant à terre, en leur tapant dessus, en les faisant bouillir, etc, dans une rhapsodie de tortures qui révèle notre empathie curieuse envers ces petits outils technologiques, comme s’il s’agissait d’êtres vivants. L’exposition est encadrée par des bâches de Pablo Réol, où l’artiste développe une composition assez typique du « post-internet », où se mêle des répétitions d’images de sneakers, serveurs informatiques. L’ensemble donne l’impression d’une étrange salle de repos, à mi-chemin entre la salle d’attente médicale et le playground, comme un avant-goût de la détente telle qu’elle sera pratiquée sur l’autre versant du XXIe siècle.

MG_0181
Nymphe (série de 9), M. Echard (2015)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *