Compte-rendu: Still Life

 2.  LA NATURE MORTE

Sous-genre par excellence tel que le système académique l’a édicté plusieurs siècles auparavant, la nature morte fut notamment privilégiée par de nombreux artistes pour la part d’expérimentation qu’elle permettait –puisque les organismes de contrôles s’en moquaient assez largement. Il ne faut pas s’étonner de ne voir arriver que tardivement les grands noms de la discipline, ceux qui firent de la nature-morte le genre même de l’avant-garde artistique, soit Cézanne, Picasso et Braque. Le constat serait cependant incomplet sans la mention d’une tradition de la nature-morte chez les Flamands –on se remémore ici que deux des œuvres les plus connues de Rembrandt mettent en scène un cadavre et un quartier de viande, comme on se souvient des Brueghel (ancien et jeune).

Il est intéressant de noter que la dénomination même du genre prête à interprétation selon la zone géographique. Si pour le français la représentation des objets inanimés est « morte », elle est chez les anglophones, « still », soit « immobile » ou « silencieuse ». Le titre étant figuré en anglais, il est important de noter la distinction : le français insiste sur la contradiction d’une « nature morte », relevant par la même le mépris de l’académie de peinture et de sculpture pour les genres mineures, là où pour les anglophones (et les flamands qui l’ont baptisée « still-leven ») il s’agit d’une « vie immobile ». C’est donc non pas selon le prisme d’une nature figée à jamais, mais plutôt à l’aune d’une nature un instant immobilisée qu’il convient de lire l’exposition. Chaque œuvre peut ainsi être comprise comme une possible représentation de la nature contemporaine, captée l’espace d’un instant.

MG_0257

La nature figée apparaît clairement à plusieurs moments dans l’exposition : les amulettes de Mimosa Echard, qui fixent des formes de vies dans des gangues de cire, les « faux jumeaux » de Stéphanie Saadé où vie naturelle et éphémère est accouplée à sa réplique de plastique. Elle surgit également chez Beauté & Goiffon, par la présence des plantes vertes et de la pluie. De façon plus illustrative, on la retrouve chez Réol et Le Melia & Henderson. Elle est en revanche complètement resynthétisée chez Désaubliaux, qui en propose une version virtuelle et recomposée.

Ce qui frappe ici, c’est que la nature qui est mise en scène n’en est qu’une itération fortement contrôlée par l’homme : chez Echard les libres et éphémères papillons sont incarcérés dans des totems de l’hédonisme contemporain : l’épilation et le godemichet, laissant entrevoir ici une « nature » confondue avec le corps de la femme (il n’y a qu’à se replonger rapidement dans l’iconographie picturale des 2000 dernières années pour comprendre cette analogie), tous deux prisonniers d’un regard bien masculin produisant la réification de la femme comme de la nature. Le corps de la femme n’est plus naturel, mais customisé par les impératifs de la société. Les propositions de Beauté & Goiffon vont encore plus loin dans cette idée de la domination de la nature. Dans leurs deux œuvres, celle-ci n’est représentée que comme subordonnée aux désirs de l’homme : elle frissonne à son passage, comme s’il était un dieu ou un fantasme sexuel (on retrouve l’analogie avec la sensualité féminine), et la pluie tombe à son appel, sur commande. On commence à entrevoir ici le tiroir à double fond. Outre cette réflexion sur la nature morte, qui n’est au fond qu’un prétexte, surgit un questionnement plus large sur le statut de la nature. On peut alors comprendre le titre autrement : de « still-life », on passe à « still, life » (soit « y-a-t-il encore de la vie ? »).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *