[Recension] Un art écologique, création plasticienne et anthropocène de Paul Ardenne

Paru en 2019 aux éditions Le Bord de l’eau, Un art écologique, création plasticienne et anthropocène s’avance comme une traversée de l’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle, jusqu’au début du XXIe, au sein de laquelle les propositions formelles sont étudiées au regard de la question écologique.

P. Ardenne (1956), historien et critique d’art reconnu, enseignant à l’Université de Picardie-Jules Verne, s’est imposé depuis plus de 25 ans comme un auteur particulièrement prolixe dans le champ de l’art contemporain, fréquemment analysé au travers de grilles politiques (L’Art dans un moment politique, 2000; Un art contextuel, 2002), à des moments, il est vrai, où l’approche de l’art contemporain pouvait apparaître comme essentiellement dépolitisée.

Le livre a fait l’objet de différentes recensions, généralement assez positives: celle de Pierre Estève pour la revue de l’Observatoire, celle de Juliette Bessette chez La vie des idées, celle de Pauline Lisowski sur lacritique.org, celle de Céline Flécheux pour sculpturenature.

Paul Ardenne avance dès le préambule ne pas souhaiter écrire une “somme”, soit de ne pas reconstituer une histoire de l’art au travers d’un prisme novateur, mais bien plutôt d’examiner un corpus assez large d’œuvres, au regard de l’inquiétude écologique qui pèse sur les consciences, au moment de l’accélération de la disparition des espèces et de l’aggravation du dérèglement climatique. L’ouvrage, qui s’ouvre sur une dédicace à la mémoire de Ken Saro-Wiwa, Vital Michalon et Rémi Fraisse, tous trois décédés alors qu’ils protégeaient des milieux de vie de la prédation industrielle et politique, donne le ton. Un art écologique, s’il emprunte pour partie le chemin diachronique de l’histoire de l’art, est aussi et surtout un essai à caractère politique.
Tout au long des pages, P. Ardenne ne cache rien de son désarroi profond face à la situation environnementale, à l’incurie des pouvoirs publics et privés, à l’absurdité du mode de vie occidental contemporain, comme au manque de prise de position du milieu de l’art contemporain. L’ouvrage s’attache alors à tenter de définir ce que signifierait “l’art écologique”, soit une esthétique qui permettrait de rendre compte des dérives de l’anthropocène, et le cas échéant, de les réparer et d’en sortir. C’est ici que l’on peut affirmer que le livre tient davantage de la critique d’art -ou de l’essai politique, mais ces deux genres sont assez poreux – que de l’histoire de l’art stricto sensu. Paul Ardenne est à la recherche d’un modèle théorique et éthique lui permettant de tracer les contours d’un “art écologique” viable, qui puisse permettre d’évaluer les propositions plastiques des 50 dernières années. En ce sens, il s’agit bien d’un livre politique (y transpire nettement la volonté de transformer le monde), mais également d’un ouvrage de critique d’art (les œuvres sont évaluées au regard d’un système théorique, et d’une échelle de valeurs).

Un art écologique, création plasticienne et anthropocène est pour son auteur l’occasion de séparer le bon grain de l’ivraie, d’identifier les propositions formelles ayant, premièrement, réellement à cœur d’avoir une action sur le destin du monde, secondement, l’envie de se donner les moyens effectifs d’y parvenir: y sont alors passés au crible une batterie de problématiques, des intentions réelles à la chair de la pratique :l’artiste a-t-il ou elle voulu avoir un impact écologique; son œuvre respecte-elle l’environnement; quels types de liens entre l’humain et la nature sont tissés à l’occasion de l’œuvre; l’œuvre “répare”-t-elle des dommages créés par l’activité humaine ?  P. Ardenne revient ainsi à raison sur le mythe du land art comme entreprise écologique, le présentant ici davantage comme une illustration de l’hubris humaine, comme il n’hésite pas à critiquer les tentatives purement esthétiques, voire à dénoncer celles qui relèveraient purement et simplement du greenwashing, soit la captation cynique, à tout le moins aveugle à ses propres errances, de l’enjeu écologique par une partie de la création contemporaine. Le fameux Icewatch d’Olafur Eliasson, des blocs de glace posés Place de la République à Paris, au moment de la COP 21 afin d’alerter les dirigeants internationaux sur l’urgence de la situation, est vertement tancé pour l’absurdité qu’il véhicule: la ponction, le transport, la conservation de la glace, depuis le début du projet jusqu’à sa présentation, a en effet représenté un coût carbonné certain à la planète, probablement excessif au regard de l’impact politique probablement nul qu’elle eût sur les représentants des grandes nations.

Le grand mérite du livre de P. Ardenne tient à la fois dans cette volonté d’arriver à une définition assez précise, et disons-le, plutôt pertinente, de ce que pourrait être un “art écologique”, ainsi qu’à l’ampleur globale du spectre étudié par l’auteur, qui n’hésite pas à revenir aussi bien, de façon assez novatrice, sur les grands événements mythologiques d’un art conscient des problématiques environnementales (Land art, arte povera, Beuys, etc), qu’à identifier des propositions beaucoup plus isolées, beaucoup plus récentes, beaucoup moins connues. Ardenne a indéniablement accompli ici un travail courageux, tant de définition que de collecte. Les identifications des nouvelles pratiques, ou de pratiques plus anciennes mais moins connues, serviront à n’en pas douter aux chercheuses et auxchercheurs intéressé·e·s par ces problématiques.

Cette volonté de définition constitue aussi toutefois l’un des points faibles du livre, puisqu’il s’agit ici de juger d’œuvres, parfois assez anciennes, au travers d’un prisme établi récemment par l’auteur lui-même. Les raisonnements peuvent s’avérer ici et là téléologiques, l’auteur concédant lui-même que les œuvres répondant de sa définition d'”anthropocénart” sont assez peu nombreuses, et plutôt récentes (p. 62). Cette position affaiblit considérablement les raisonnements à propos des œuvres, l’auteur plaquant parfois sa propre grille de lecture sur des entreprises qui étaient de fait assez éloignées d’une volonté écologique manifeste -on ne saurait dès lors véritablement leur reprocher leur absence de qualité écologique.

Ce défaut est probablement dû à l’évitement de P. Ardenne pour tout un champ de recherche, pourtant très identifié, autour des relations entre l’humain et le non-humain, et de l’histoire du clivage entre “nature” et “culture”. La bibliographie est ici plutôt parlante: une maigre interview de Bruno Latour(1) dans art press, une de Philippe Descola (2) (orthographié “d’Escola”! ) dans Télérama, rien sur Donna Haraway, Vinciane Despret, Alfred Gell, Tim Ingold, Catherine Larrère ou Isabelle Stengers (3), dont les écrits, étalés sur les 30 dernières années, ont pourtant considérablement agité aussi bien le monde des sciences sociales que celui des arts plastiques, notamment concernant les porosités conceptuelles, politiques, esthétiques, qui peuvent advenir entre les humains et les non-humains. C’était sans doute la porte d’entrée pour relire les “sites” et les “non-sites” de Robert Smithson, et son intérêt jumelé pour les ruines industrielles et les mégalithes préhistoriques, ou de relire quantité d’entreprises formelles, qui cherchent moins à glorifier ou protéger “la nature”, alors entendue comme un environnement séparé de l’univers humain contemporain, qu’à tisser des moments de contiguïté entre nature et culture, afin de ne pas reconduire le paradigme moderne identifié par Latour et Descola. Le champ bibliographique de P. Ardenne, qui mobilise à raison l’excellent ouvrage de Colette Garraud (4), mais également les travaux de Tiberghien (5) sur le land art, de Bénédicte Ramade (6) sur l’art écologique ou Thomas Schlesser (7) sur l’art “anthropofuge”, reste quelque peu enserré dans une approche trop restreinte pour baliser les œuvres dont il traite. La méconnaissance du champ de l’anthropologie le conduit ainsi à des contresens et des erreurs d’interprétations: ramener sans cesse la vie primitive à un combat pour la survie (p.47,  95), quand les travaux de Marshall Sahlins (8) et tant d’autres ont balayé cette question il y a déjà fort longtemps; associer “l’animisme” à la “transcendance” -alors que le propre de l’animisme est bel et bien d’inscrire l’intériorité dans une forme d’immanence (p. 27, 49); dater l’apparition d’Homo Sapiens à -80 000 (p. 88)… De la même façon, la vision parfois monolithique du geste artistique, fait manquer à l’auteur certains éléments: assimiler les photographies  de Gina Pane à une entreprise “narcissique”, indice de la “religion” des temps modernes, celle de “l’Homme” (p. 17), relève d’une grande légèreté d’interprétation, quand on sait l’importance que l’auto-représentation a pu revêtir et continue de revêtir pour les artistes féministes et/ou minoritaires. Si Ardenne relève tout de suite après que les images de Pane activent une forme de fusion entre l’humain et le non-humain, on peut se demander pourquoi la thématique de l’éco-féminisme n’a pas été développée ici, l’auteur n’hésitant pas, par endroits, à qualifier les agressions humains à l’égard de l’environnement de viol. Il est assez évident que les travaux de Pane, Mendieta, Agnes Denes ou Judy Chicago, ne revêtent pas exactement le même corps de significations et d’implications que celles de Kazuo Shiraga, Nils-Udo ou Abraham Poincheval.

Ces problèmes méthodologiques et bibliographiques atténuent les mérites d’un livre qui sinon balise avec pertinence quantités de propositions formelles, qui seraient sinon peut-être restées sous le radar. Reste la définition de l'”anthropopcénart”, qui bien utilisée pourra servir à qualifier effectivement tout un corpus d’œuvres et d’entreprises plastiques, produisant une réelle et profonde action réflexive sur les moyens et les fins de l’art, et cherchant à l’image de ce livre, une issue positive à une situation environnementale assez désespérante.

(1) B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes -essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991; Politiques de la nature, comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999.

(2) P. Descola, Par delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005; La Fabrique des images, Paris, Somogy, Musée du Quai Branly, 2010.

(3) D. Haraway, Primate Visions : Gender, Race, and Nature in the World of Modern Science, Londres, New York, Routledge, 1989; Simians, Cyborgs and Women : The Reinvention of Nature. New York, Routledge, 1991; The Companion Species Manifesto : Dogs, People, and Significant Otherness. Chicago, Prickly Paradigm Press, 2003; When species meet, University of Minnesota Press, 2008; V. Despret, Naissance d’une théorie éthologique: la danse du cratérope écaillé, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1996; Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Le Seuil/ Les Empêcheurs de penser en rond, 2002; A. Gell, Art and Agency: An Anthropological Theory. Oxford, Clarendon, 1998; T. Ingold, Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture. Londres, Routledge, 2013, …

(4) C. Garraud, L’idée de nature dans l’art contemporain, Paris, Flammarion, 1993.

(5) G. Tiberghien, Land art, Paris, Carré, 1993.

(6) B. Ramade, The Edge of the Earth, Climate Change in Photography and Video, Toronto, Ryerson Image Centre, 2016.

(7) T. Schlesser, L’Univers sans l’homme, Paris, Hazan, 2017.

(8) M. Sahlins, Stone Age Economics. New York, de Gruyter, 1972. 

 

 

 

 


1 réflexion sur « [Recension] Un art écologique, création plasticienne et anthropocène de Paul Ardenne »

  1. Sur cette problématique de l’anthropocène, je me permets de vous renvoyer à la série de dessins que je suis en train de réaliser pour le Muséum d’histoire naturelle de Grenoble : https://1011-art.blogspot.com/p/planche-encyclopedie.html

    Mais aussi par la série “Panta rhei” sur ce même sujet https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html

    Et à l’automne la série au Muséum de Genève “Vous êtes ici” : https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.