[Recensions] Habiter en oiseau, de Vinciane Despret.

« Qu’est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? », voilà la question que pose la philosophe et psychologue Vinciane Despret, dans un récent ouvrage, assez ramassé, croisant l’histoire de sciences, l’éthologie, et la politique.

 

Habiter en oiseau est paru en 2019, au sein de la collection « « Mondes sauvages », Pour une nouvelle alliance » ouverte par Actes sud afin d’explorer les différentes réflexions novatrices autour de l’écologie, cherchant notamment à activer –au moins dans leurs titres- une perspective non-humaine (ex: Laurent Tillon, Être un chêne, 2021, Olivier Rameau, Penser comme un Iceberg, 2020, Baptiste Morizot, Manières d’être vivant, 2020).

Vinciane Despret s’est imposée depuis plusieurs décennies comme une des figures du « tournant ontologique », soit la volonté « trouver le moyen d’échapper à l’anthropocentrisme et, ainsi, de décrire des interactions entre des humains et des non-humains sans nécessairement partir du principe que les premiers font exister les seconds. Autrement dit, il faut éviter de considérer les non-humains comme des objets qui ne prennent sens que grâce à l’action transformatrice ou représentative des hommes »[1]. Elle en incarne, avec d’autres représentantes[2], une branche philosophique plutôt spécifique, dont les matériaux d’études se situent autant sinon davantage, du côté de l’éthologie et de l’expérience, que des textes philosophiques per se.

L’ouvrage pose, comme son titre l’indique, la question de l’habitat, et plus spécifiquement, de ce que peut recouvrir une telle notion au regard de l’umwelt[3] des oiseaux. Rapidement, la question se resserre essentiellement autour l’étude des chants, envisagés par l’auteure comme une façon de spatialiser sa propre présence au sein d’un territoire. La majeure partie du livre est alors consacrée à l’analyse de l’historiographie de la territorialité des oiseaux, V. Despret retraçant les grandes lignes des courants de pensées dominant les analyses. Si les deux premiers chapitres (« Territoires » et « Les Puissances d’affecter ») servent essentiellement à définir les termes, l’historiographie et le champ bibliographique, les suivants « Surpeupler », « Possessions » et « Agressions», décrivent davantage les grilles d’analyses privilégiées par les ornithologues, au cours des deux derniers siècles. V. Despret en fait ressortir que les observateurs, marqués par les discussions scientifiques autant que par leurs préjugés, orientèrent leurs travaux vers une lecture particulière du territoire : tantôt sa défense est envisagée comme un moyen de réguler la population et de favoriser la sélection naturelle ; tantôt il s’agit d’y affirmer un droit de possession, les chants étant alors notamment envisagés comme la réactivation permanente d’une emprise spatiale comme d’une emprise sexuelle ; tantôt le chant et le territoire qu’il définit sont envisagés comme les lieux de l’exercice de l’agressivité et de la compétition. Chaque chapitre, ainsi que les « Contrepoints » qui leur succèdent systématiquement, est l’occasion pour l’auteure de remarquer que ces analyses sont contredites par d’autres études moins dominantes alors, et qu’elles ne sont pas totalement vérifiées, soient par ce que les observateurs ont privilégiés certaines données quantifiables par rapport à d’autres moins facilement isolables, soient parce que les expériences étaient conduites en laboratoire, bien loin donc, de véritables conditions d’expérimentations des usages d’un territoire.

Ce qui ressort de la lecture de ces différents chapitres, c’est bien la perméabilité de l’esprit des observateurs aux idées de leur temps[4], perméabilité qui conduit in fine à restreindre et orienter le faisceau de leurs observations, tant et si bien que les conclusions paraissent parfois en contradiction avec les données du terrain. L’ensemble du texte est parcouru en filigrane par une critique féministe qui ne dit jamais véritablement son nom, V. Despret faisant remarquer au passage combien les analyses des ornithologues hommes sont marquées par les idéologies patriarcales, restituant aussi la valeur des observations d’ornithologues femmes, souvent plus précises. Des observations qui, peut-être moins informées par des courants de pensées plus ou moins implicites, résistent mieux à l’épreuve du temps.

La fin de cette partie du livre, ainsi que le dernier chapitre, consacré aux « partitions polyphoniques » engage davantage les réflexions de l’auteure elle-même, développant notamment l’idée, particulièrement heuristique, du territoire comme extension du corps-même de l’oiseau[5], ainsi que la question des collaborations intraspécifiques comme interspécifiques, les recoupements territoriaux, la sociabilité (plus que la compétition sexuelle ou la lutte pour la recherche de nourriture) inhérente aux communications plus ou moins agressives, le choix de certains mâles (ou de plusieurs mâles) par les femelles etc.

Cette partie est hélas un peu courte, surtout au regard de son caractère particulièrement fécond. Il y avait ici matière à s’engager sur le terrain d’une « sémiotique au-delà de l’humain » dans le sillage d’Eduardo Kohn[6],  au sein de laquelle les animaux produisent des signes complexes et y répondent, non seulement au sein d’une même espèce, mais entre plusieurs espèces différentes, ces communications dépassant de très loin le simple cadre de la survie. Nous ne faisons que gratter la surface de la complexité des relations entre les espèces. Ceci étant, vu l’importance de la bibliographie déjà produite par l’auteure à propos des modes de vie animaux, on ne saurait lui reprocher la brièveté de ce dernier ouvrage, essentiellement destiné à diffuser auprès du grand public les grandes avancées de tout un courant de la recherche. Indéniablement, Habiter en oiseau contribue à forger la vision d’une sociabilité animale complexe, et poursuit la destruction au marteau de ce qui subsiste de la frontière entre nature et culture.

[1] Ludovic Châtenet, Angelo di Caterino, « L’Horizon sémiotique de l’anthropologie: paradoxes du «tournant ontologique» », in Actes Sémiotiques, n°123, Université de Limoges, 2020, p. 4.

[2] Notamment Donna Haraway, Isabelle Stengers, Catherine Larrère et Baptiste Morizot.

[3] L’« umwelt » est un concept mis au point par le biologiste allemand Jakob von Uëxkull, et désigne le « monde propre » d’un individu humain ou non-humain, monde restreint aux équipements sensoriels de l’être : le monde d’un humain qui se répère essentiellement grâce à la vue, différera profondément du monde d’une tique, discriminant les objets autour d’elle en fonction de l’odeur, du toucher et des différences de température.

[4] On pense ici à La Vie de laboratoire, de Latour et Woolgar, 1979.

[5] Thématique de Vinciane Despret avait également abordée dans un texte très intéressant à propos du travail de l’artiste Tomas Saraceno, cf. Carte Blanche à Tomas Saraceno, ON AIR, in Palais Magazine, n° 28, Paris, Editions du Palais de Tokyo, 2018.

[6] Eduardo Kohn, Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l’humain, Bruxelles, Editions Zones Sensibles, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.