Appel à contributions: Horsd’oeuvre n° 48 “Ressentir les mondes”

J’ai le plaisir de vous adresser ici l’appel à contribution pour le prochain numéro du journal Horsd’oeuvre que j’ai le plaisir de diriger: nous nous intéressons cette fois-ci aux propositions plastiques qui sollicitent le goût, l’odorat et le toucher, plus que la vue et l’ouïe.

L’appel en détails:

“L’expérience normée de l’art reste encore aujourd’hui une affaire visuelle, à
l’occasion sonore. Si la diversification, notamment après-guerre, des régimes
d’expression plastiques favorisa une approche corporelle plus globale –notamment
grâce au développement des performances et des installations – la fréquentation des
propositions plastiques se produit toujours essentiellement sur le plan visuel et auditif :
on observe et on écoute, à bonne distance, la proposition d’un·e artiste. Sont laissés de
côté l’odorat, le goût, le toucher, comme si la rencontre esthétique, intellectuelle et
émotionnelle, passait principalement par deux canaux privilégiés que sont la vue et
l’ouïe.
Il ne s’agit peut-être pas d’un hasard, si l’expérience de l’art demeure cantonnée
à une préhension distanciée des œuvres –effets de l’ « aura » de l’œuvre, besoin du
marché, précaution des assurances ? L’art peut alors s’affirmer comme cette catégorie
à part de la culture, à part de la vie. Il s’agit peut-être d’une des conséquences de la
volonté des artistes, à la Renaissance, de se séparer des artisans : on associait alors les
arts libéraux, à l’intellect et à l’humain, les arts mécaniques au corps et à l’animal. La
réduction de l’art à sa perception distante reconduit hypothétiquement la distinction
entre nature et culture.
La sollicitation de l’odorat, du goût et du toucher nécessite de créer une
connexion intime entre la proposition formelle et les spectateur·ices, voire même la
manipulation.
Le prochain numéro de la revue Horsd’œuvre « Ressentir les mondes »
s’intéressera à toutes formes de propositions artistiques engageant l’odorat, le goût ou
le toucher. Les articles peuvent prendre la forme d’études de cas, de mises en
perspectives historiques, de comparatismes anthropologiques, selon les axes suivants,
ou tout autre angle qui apparaîtra pertinent aux autrices et aux auteurs :
– Le renversement du schème visuel, dans la lignée de la pensée de Duchamp
et de ses quelques essais (Eau de Voilette (1921), café brûlé lors de
l’Exposition Surréaliste (1938), (ex : Giuseppe Penone, Respirare l’ombra).
– La question de l’accessibilité ou de la dimension inclusive d’autres formes
d’expériences (Kengné Téguia)
– La dimension sexuée, quand les propositions interrogent un certain rapport
au corps, pouvant aller jusqu’à une forme de critique queer ou féministe de
l’expérience normée de l’art (Morgan Courtois, Jean-Charles de Quillacq,
Antoine Renard)
– L’interrogation multisensorielle, qui se combine avec la critique d’une
approche eurocentrée de l’œuvre : les repas de Rikrit Tiravanija, les
installations olfactives et tactiles d’Ernesto Neto, Present Tense de Mona
Hatoum.

Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 15 juillet à
nicolasxavier.ferrand@gmail.com et interface.art@gmail.com sous la forme d’un
paragraphe. Les réponses de sélection seront rendues dans le courant de l’été
pour des envois définitifs (autour de 7000 signes espaces non compris) en septembre
pour une sortie à l’hiver 2021-2022.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.