La couleur, donnée scientifique ou phénomène indécidable ?

Le dernier numéro de Beaux-Arts Magazine (février 2015) propose un rapide mais intéressant dossier sur « le pouvoir de la couleur », réalisé par Daphné Bétard. Y sont relatées les différentes étapes de la conscientisation de la couleur, entre observation empirique, réflexion philosophique et expérience scientifique, nous baladant de Léonard à Richter, en passant par Newton.

Le dossier présente succinctement deux personnages clés de la réflexion sur la couleur, Chevreul et Albers, le premier, scientifique de la première moitié du XIXe, le second ancien professeur du Bauhaus, puis théoricien aux Etats-Unis. Chacun établit et développe l’idée d’une relativité de la couleur, perpétuellement influencée par son environnement. Si notre perception de la couleur d’un objet varie en fonction du lieu où elle se situe et des éléments présents, il nous est impossible de percevoir l’éventuelle essence de cette couleur, l’univers photonique neutre n’existant pas. Si Chevreul le démontre « scientifiquement », Albers, lui, s’attache à une dimension plus artistique, déclarant que la couleur « trompe continuellement » (Beaux-Arts Magazine, n°368, p. 60), qu’elle ne fait que nous échapper.

rouge-geranium-par-duco-et-ripolin_1974Ceci me conduit directement à mon (ancien) objet de recherches, Bertrand Lavier. Celui, depuis le milieu des années 70, mène une réflexion capitale concernant notre approche des couleurs. L’exemple le plus connu, Rouge géranium par Duco et Ripolin, résume l’ensemble de la série: deux pans de couleurs nous sont présentés côte à côte, chacun figurant une même couleur. Les deux versions sont simplement la version déposée du rouge géranium par chaque marque de peinture industrielle. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le fossé entre les deux propositions est large, et que nous ne soupçonnions pas que cette couleur, supposé précisément déterminée, puisse donner lieu à deux interprétations si différentes. Une terrible vérité se fait jour : si deux entreprises, pourtant obligées à donner une interprétation pertinente et plausible de la couleur sous peine de n’en vendre aucun pot,  peuvent donner des versions si différentes, qu’en sera-t-il, alors de deux êtres humains, et au-delà, des milliards d’autres ?

Le terme « géranium », lui même, tiré d’un végétal, fut accolé à la couleur pour la préciser (le rouge présentant une infinité de tons) et de permettre un accord de principe entre les êtres. Si mon rouge n’est probablement pas le vôtre -mon rouge étant un rouge sombre, le vôtre un vif – on pourra s’accorder sur les tons. Mais si les tons sont eux-mêmes discutables, comment alors, arriver au consensus ?

Le propos même de Lavier, justement, porte sur le problème même du consensus, qui sous réserve de chercher à exprimer l’essence des choses, pose sur elles le voile de l’interdiction du doute. L’essence supposée, n’est alors d’une convention, destinée à fluidifier les rapports humains. Ce qui permettait de poser des contours sur le réel n’apparaît alors que comme une donnée fragile, définie par quelques hommes, dans le cas de Lavier, le service marketing d’un fabriquant de peinture. On peut mettre en relation cette série d’œuvres avec les Stoppages-étalon de Marcel Duchamp, qui étalait à leur façon la fragilité du système métrique, où différents types de mètre-étalon apparaissent, mesurant tous une dimension différente, ou faisant tous pourtant bel et bien un mètre. Si chez Duchamp, l’opération vise davantage à prouver la supériorité du concept, inviolable, sur l’exemplification, perpétuellement sujet à la variation absurde, Lavier prend le chemin inverse, suggérant que la joie et la valeur se situe précisément dans la possibilité de cette variation. S’il existe bien une définition scientifique, botanique, optique du rouge géranium, Duco comme Ripolin ont une version valable, de même que Lavier lui-même, qui en propose un troisième, jamais exposée mais toujours en suspens, et qui serait l’image produite par la confrontation (ou l’addition ?) de ces deux propositions marketing.

La couleur, donnée qui de prime abord paraît couler de source, apparaît alors comme un enjeu indécidable. La réalité dans ce cas ne pourrait être perçue que par un judas, dont il faudrait savoir apprécier la précision, mais aussi la valeur mensongère et instable, et que ce sont effectivement ces qualités particulières qui permettent à la proposition artistique, en offrant d’abord à voir ce qui n’entre dans aucune forme de consensus, l’occasion de comprendre la richesse des différences de points de vue, qui ne peuvent s’exprimer autrement que par une forme de conflit.


2 réflexions au sujet de « La couleur, donnée scientifique ou phénomène indécidable ? »

  1. Je pense que la couleur est un phénomène scientifique. Mais je ne peux pas l’expliquer, je me dis qu’il y a certainement une explication scientifique à la couleur, non?

    1. Oui, il y a bien des codes couleurs qu’on utilise en informatique (et en botanique aussi je crois), qui sont en général des suites de chiffres. Mais cela n’est pas encore entré dans nos habitudes de langage. Personne ne dit, j’aime ce rouge #4432, alors qu’on emploie plus volontiers des épithètes « vif », « géranium », « sang », peut-être précisément, pour cette qualité relative du langage: chacun peut y mettre le sens qu’il entend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *