Antoine Nessi et Paul Paillet – Monuments pour la société cauchemardesque, à la galerie Interface (Dijon)

Un jour, je prendrai l’habitude de parler des expositions, non quand elles se finissent, mais quand elles débutent, ce qui permettra au rare mais fidèle lecteur de pouvoir appuyer son parcours du texte par un autre, physique. Je laisse ici quelques notes sur l’exposition de la galerie dijonnaise Interface, Monuments pour la société cauchemardesque qui se termine le 7 mars.nessipaillet9

L’exposition est le fruit de la collaboration d’Antoine Nessi et Paul Paillet et propose différentes sculptures et installations, toutes tournées vers la célébration d’un monde dystopique fictif (à moins qu’il s’agisse du nôtre dans quelques siècles, voire du nôtre, mais appréhendé selon un point de vue inédit), fortement marqué par la puissance industrielle, sa propagande et sa déréliction. On y retrouve pêle-mêle commodes/autels (on saisit d’ailleurs immédiatement toute l’ambiguïté qu’il y a dans le monde industriel, finalement si lié à la religiosité), des consoles, des appliques, des maquettes de monuments, des statuettes abandonnées, et même un tombeau. Souvent, les œuvres jouent le trompe-l’œil: on les croit en bois alors qu’elles sont en plâtre, on les pense en bronze alors qu’elles ne sont qu’en résine. Façon de dire, que derrière ces items qui tous crachent au spectateur la grandiloquence d’une civilisation disparue (la nôtre, donc), il n’y aurait que la poussière du temps et la terreur glacée des successeurs devant ces totems incompréhensibles.

nessipaillet15

Les artistes ont su ici habilement jouer sur plusieurs tableaux : l’architecture prométhéenne du XXe siècle (de tous bords), est mise en balance avec la propagande communiste très clairement évoquée dans les dessins présentés au sous-sol. La scénographie tire un très bon partie des configurations de l’espace, en sachant utiliser les perspectives (il y a quelque chose de très kubrickien), les proportions, en disséminant des œuvres presque « cachées » ici et là (mention spéciale pour la petite statuette effondrée sur elle-même dans le couloir, et qui est en fait un véritable artefact industriel, une sculpture cadeau représentant un ouvrier, offerte aux travailleurs partis en retraite). Le clou du spectacle, en ce qui me concerne, fut à n’en pas douter le cercueil placé dans la cour, sorte de gisant post-futuriste, évoquant les architectures de Druillet ou Giger, et les films de science-fictions du siècle passé, de RoboCop à Blade Runner. On n’imagine bien y repose aussi bien Gagarine que Stakhanov, à moins qu’il ne s’agisse d’un cube cryogénique destiné à un businessman milliardaire en mal d’immortalité comme on en croise chez Philip K.Dick.

SAMSUNG CSC

A la manière de la Monumenta 2014 des Kabakov, pour lesquels la chute du monde communiste est un événement unique dans notre monde, puisqu’elle nous a permis d’assister à la fin d’une civilisation contemporaine, l’exposition de Nessi & Paillet nous permet de porter un regard esthétique et métaphysique sur notre propre civilisation, sur ses obsessions, sur ses utopies passées, nous amenant à guetter les signes de sa fin prochaine. L’exposition place le spectateur dans le rôle d’un archéologue du futur, ou bien d’un lointain descendant venu admirer une exposition sur une civilisation passée, qu’il pense avec soulagement qu’elle lui est entièrement étrangère. Et pourtant…

Nb: Toutes les photographies sont la propriété de la galerie Interface.


2 réflexions au sujet de « Antoine Nessi et Paul Paillet – Monuments pour la société cauchemardesque, à la galerie Interface (Dijon) »

  1. glaçant ! mais ce cercueil me fait penser à un énorme lingot d’acier, ou aussi à une partie d’une lourde machine, comme une presse. merci pour cette explication

    1. Coucou !
      Je pense que l’analogie avec la machine ou le lingot, vu le contenu de l’exposition, marche aussi très bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *