Tous les articles par Nicolas-Xavier Ferrand

Appel à contributions: Horsd’oeuvre n° 48 “Ressentir les mondes”

J’ai le plaisir de vous adresser ici l’appel à contribution pour le prochain numéro du journal Horsd’oeuvre que j’ai le plaisir de diriger: nous nous intéressons cette fois-ci aux propositions plastiques qui sollicitent le goût, l’odorat et le toucher, plus que la vue et l’ouïe.

L’appel en détails:

“L’expérience normée de l’art reste encore aujourd’hui une affaire visuelle, à
l’occasion sonore. Si la diversification, notamment après-guerre, des régimes
d’expression plastiques favorisa une approche corporelle plus globale –notamment
grâce au développement des performances et des installations – la fréquentation des
propositions plastiques se produit toujours essentiellement sur le plan visuel et auditif :
on observe et on écoute, à bonne distance, la proposition d’un·e artiste. Sont laissés de
côté l’odorat, le goût, le toucher, comme si la rencontre esthétique, intellectuelle et
émotionnelle, passait principalement par deux canaux privilégiés que sont la vue et
l’ouïe.
Il ne s’agit peut-être pas d’un hasard, si l’expérience de l’art demeure cantonnée
à une préhension distanciée des œuvres –effets de l’ « aura » de l’œuvre, besoin du
marché, précaution des assurances ? L’art peut alors s’affirmer comme cette catégorie
à part de la culture, à part de la vie. Il s’agit peut-être d’une des conséquences de la
volonté des artistes, à la Renaissance, de se séparer des artisans : on associait alors les
arts libéraux, à l’intellect et à l’humain, les arts mécaniques au corps et à l’animal. La
réduction de l’art à sa perception distante reconduit hypothétiquement la distinction
entre nature et culture.
La sollicitation de l’odorat, du goût et du toucher nécessite de créer une
connexion intime entre la proposition formelle et les spectateur·ices, voire même la
manipulation.
Le prochain numéro de la revue Horsd’œuvre « Ressentir les mondes »
s’intéressera à toutes formes de propositions artistiques engageant l’odorat, le goût ou
le toucher. Les articles peuvent prendre la forme d’études de cas, de mises en
perspectives historiques, de comparatismes anthropologiques, selon les axes suivants,
ou tout autre angle qui apparaîtra pertinent aux autrices et aux auteurs :
– Le renversement du schème visuel, dans la lignée de la pensée de Duchamp
et de ses quelques essais (Eau de Voilette (1921), café brûlé lors de
l’Exposition Surréaliste (1938), (ex : Giuseppe Penone, Respirare l’ombra).
– La question de l’accessibilité ou de la dimension inclusive d’autres formes
d’expériences (Kengné Téguia)
– La dimension sexuée, quand les propositions interrogent un certain rapport
au corps, pouvant aller jusqu’à une forme de critique queer ou féministe de
l’expérience normée de l’art (Morgan Courtois, Jean-Charles de Quillacq,
Antoine Renard)
– L’interrogation multisensorielle, qui se combine avec la critique d’une
approche eurocentrée de l’œuvre : les repas de Rikrit Tiravanija, les
installations olfactives et tactiles d’Ernesto Neto, Present Tense de Mona
Hatoum.

Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 15 juillet à
nicolasxavier.ferrand@gmail.com et interface.art@gmail.com sous la forme d’un
paragraphe. Les réponses de sélection seront rendues dans le courant de l’été
pour des envois définitifs (autour de 7000 signes espaces non compris) en septembre
pour une sortie à l’hiver 2021-2022.”

[Recension]L’Univers sans l’Homme, de Thomas Schlesser.

Paru en 2017, L’Univers sans l’Homme. Les arts contre l’anthropocentrisme (1755-2016) est la version remaniée et allégée d’un texte plus conséquent, destiné à l’obtention de l’Habilitation à Diriger des Recherches de Thomas Schlesser, Docteur en histoire de l’art contemporain, directeur de la Fondation Hans Hartung et professeur d’histoire de l’art à l’Ecole Polytechnique.

Continuer la lecture de [Recension]L’Univers sans l’Homme, de Thomas Schlesser.

[Recensions] Habiter en oiseau, de Vinciane Despret.

« Qu’est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? », voilà la question que pose la philosophe et psychologue Vinciane Despret, dans un récent ouvrage, assez ramassé, croisant l’histoire de sciences, l’éthologie, et la politique. Continuer la lecture de [Recensions] Habiter en oiseau, de Vinciane Despret.

[Recension] Un art écologique, création plasticienne et anthropocène de Paul Ardenne

Paru en 2019 aux éditions Le Bord de l’eau, Un art écologique, création plasticienne et anthropocène s’avance comme une traversée de l’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle, jusqu’au début du XXIe, au sein de laquelle les propositions formelles sont étudiées au regard de la question écologique. Continuer la lecture de [Recension] Un art écologique, création plasticienne et anthropocène de Paul Ardenne

Le motif végétal après 1968 : quand motif et support se confondent.

[Voici le texte d’une communication donnée à l’Université de Clermont-Auvergne pour la journée d’études « Perceptions et représentations du motif végétal sur les matériaux périssables en Europe occidentale, XIIe -XXe siècles », Centre d’Histoire « Espaces et cultures », EA-1001, en juin 2018 ] Pour la version avec les notes de bas de page, cf la version publiée sur Academia Continuer la lecture de Le motif végétal après 1968 : quand motif et support se confondent.

Compte-rendu: “Merci Raymond”, Bertrand Lavier à la Monnaie de Paris

La Monnaie de Paris offre son espace d’exposition à Bertrand Lavier du 27 mai au 17 juillet 2016, pour un hommage à son ami Raymond Hains. C’est l’occasion pour moi de revenir sur la pratique de l’artiste qui fut l’objet de ma thèse de doctorat. Continuer la lecture de Compte-rendu: “Merci Raymond”, Bertrand Lavier à la Monnaie de Paris

Compte-rendu: Still Life

L’exposition mise en place par Franck Balland, dans le cadre du programme « Hors-les-murs » du centre d’art du Parc Saint-Léger de Pougues-les-eaux (Nièvre) tourne autour de l’idée de nature morte. Elle s’est déroulée du 18 mars au 28 mai, au lycée Raoul Follereau à Nevers.  Une dizaine d’artistes y est exposée : Charles Beauté & Juliette Goiffon ; Alix Desaubliaux ; Mimosa Echard ; Lauren Huret ; Tiziana La Melia & Tamara Henderson ; Pablo Réol ; Stéphanie Saadé.

Continuer la lecture de Compte-rendu: Still Life

Quelques actualités à venir

Après plusieurs mois de silence sur ce blog, dus à une intense activité professionnelle, je reprends mon activité d’écriture. Voici le programme des prochains articles à venir:

-Une mise à jour des actualités concernant Bertrand Lavier : le refus de sa candidature pour représenter la France à la Biennale de Venise, son actuelle exposition à la Monnaie de Paris, et sa prochaine présence au Palais de Tokyo.

-Une série de fiches de lectures à propos d’ouvrages importants et sortis récemment, concernant l’appréhension du réel. Dans un premier temps Pourquoi le monde n’existe pas, de Markus Gabriel.

-Une série d’articles plus politiques concernant l’oeuvre de JR au Louvre; une histoire possible de la notion d’autonomie dans l’art; et aussi une analyse des effets de la postmodernité dans le choix de termes actuels.

-Enfin, et probablement parmi les plus rapides à voir le jour, une analyse de l’exposition “Still-Life”, commissariée par Franck Balland, et qui proposait les semaines passées une réinterprétation de la notion de nature morte par la nouvelle génération d’artistes.

J’espère de tout coeur pouvoir tenir un rythme décent, dorénavant.

A très bientôt !

Andrés Ramirez à la Galerie SEE Studio

To keep the darkness sealed within” est la première exposition personnelle de l’artiste à la galerie SEE Studio (7 rue St-Claude, Paris), et dure jusqu’au 11 avril 2015. Elle a été commissionnée par Jean-Baptiste Lenglet. Continuer la lecture de Andrés Ramirez à la Galerie SEE Studio

Antoine Nessi et Paul Paillet – Monuments pour la société cauchemardesque, à la galerie Interface (Dijon)

Un jour, je prendrai l’habitude de parler des expositions, non quand elles se finissent, mais quand elles débutent, ce qui permettra au rare mais fidèle lecteur de pouvoir appuyer son parcours du texte par un autre, physique. Je laisse ici quelques notes sur l’exposition de la galerie dijonnaise Interface, Monuments pour la société cauchemardesque qui se termine le 7 mars. Continuer la lecture de Antoine Nessi et Paul Paillet – Monuments pour la société cauchemardesque, à la galerie Interface (Dijon)

De la sensualité de l’abstraction d’après-guerre.

La dernière exposition de la galerie Perrotin, centrée sur Jésus Rafael Soto était l’occasion de revenir sur une dimension peu connue de l’abstraction: la volonté de rétablir un rapport charnel avec le regardeur. Continuer la lecture de De la sensualité de l’abstraction d’après-guerre.

La couleur, donnée scientifique ou phénomène indécidable ?

Le dernier numéro de Beaux-Arts Magazine (février 2015) propose un rapide mais intéressant dossier sur “le pouvoir de la couleur”, réalisé par Daphné Bétard. Y sont relatées les différentes étapes de la conscientisation de la couleur, entre observation empirique, réflexion philosophique et expérience scientifique, nous baladant de Léonard à Richter, en passant par Newton. Continuer la lecture de La couleur, donnée scientifique ou phénomène indécidable ?

Gazing Ball de Jeff Koons, l’oeuvre d’art remise en cause ?

La rétrospective Jeff Koons au Centre Pompidou est l’occasion de découvrir l’une des dernières séries de l’artiste américain, Gazing Ball, qui met nous met face à des répliques de sculptures célèbres, pourvues d’une boule bleue réfléchissante, donnant son titre à l’ensemble. Continuer la lecture de Gazing Ball de Jeff Koons, l’oeuvre d’art remise en cause ?